Stress post-traumatique : les mécanismes de résilience mieux compris avec l'IRM  Abonné

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 14/02/2020

Crédit photo : AFP

Après un traumatisme, tel que les attentats de novembre 2015, des images intrusives de l'événement peuvent survenir chez les personnes qui souffrent de stress post-traumatique (SPT). Ce phénomène pourrait être lié à un dysfonctionnement des réseaux cérébraux impliqués dans le contrôle de la mémoire, comme le montre l'étude d'imagerie médicale Remember publiée dans « Science ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte