Asymptomatique pendant des années

M. genitalium doublerait le risque d’infection à VIH  Abonné

Publié le 19/03/2012
1332155087333087_IMG_79833_HR.jpg

1332155087333087_IMG_79833_HR.jpg
Crédit photo : phanie

1332155090333760_IMG_80022_HR.jpg

1332155090333760_IMG_80022_HR.jpg

UNE ÉTUDE publiée dans AIDS montre chez des femmes africaines que le risque de contracter le VIH est plus important en cas de co-infection par Mycoplasma genitalium. Cette infection sexuellement transmissible (IST) doublerait ainsi le risque d’être contaminé par le VIH. « Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour vérifier la relation de causalité et identifier les facteurs de risque pour M. genitalium dans les populations africaines, explique le Dr Sue Napierala Mavedzenge, auteure principale et chercheuse au RTI International.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte