Des avancées prometteuses

L’heure des sciences « omiques »

Publié le 14/06/2018
existe en d'autres couleur me contacter

existe en d'autres couleur me contacter
Crédit photo : PHANIE

La recherche dermatologique est extrêmement prolifique. L’accélération de sa production scientifique est en partie liée à l’avènement de la biologie computationnelle et des sciences « omiques » : génomique, épigénomique, transcriptomique et protéomique, qui génèrent des quantités très importantes de résultats et de nouvelles hypothèses de recherche (data-driven hypothesis).

Ces techniques permettent notamment d’identifier de nouveaux marqueurs diagnostiques et pronostiques et des cibles thérapeutiques.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)