Leucémie de l'enfant, un nouveau test pour mieux prévoir le risque de rechute

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 05/03/2018

La leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) de l'enfant reste grevée de 10 à 20 % de rechutes. Des chercheurs de l'université de Stanford expliquent dans « Nature Medicine » comment ils ont découvert chez 60 enfants malades de nouveaux facteurs de risque de rechute dans la LAL à précurseur B, la forme la plus fréquente de la maladie.

Ce nouvel outil associé aux méthodes actuelles fait gagner la prédiction en précision, la faisant passer à 85 % par rapport à 66 % avec la stratification du risque classique combinant clinique, génétique et réponse au traitement dans les premiers mois.

Personnaliser le traitement

« La LAL est un cancer très bien caractérisé qui a déjà une mesure de la prédiction du risque très robuste, explique le Pr Kara Davis, oncologue et hématopédiatre, et auteur principal de l'étude. Mais le risque définitif de rechute n'est habituellement pas connu avant quelques mois de traitement, et il existe toujours des patients qui passent à travers. Et, avec les outils prédictifs existants, quand un patient est identifié à haut risque de récidive, on ne savait pas ce qui augmentait leur risque dans la leucémie. »

Ce nouvel outil prédictif appelé prédicteur de rechute dépendant du développement (« Developmentally Dependent Predictor of Relapse » ou DDPR) permettrait d'identifier plus tôt les sujets à risque et à terme de personnaliser la prise en charge avec un traitement ciblé contre le sous-type de cellules malignes identifié.

Signalisations intracellulaires inhabituelles

Alors que des travaux précédents suggéraient la présence de cellules résistantes au traitement dès le début de la LAL, les chercheurs dirigés par Zinaida Good ont réanalysé la moelle osseuse prélevée au diagnostic chez les petits patients à l'aide de la cytométrie de masse. Le suivi des enfants était de 3 à 15 ans.

Afin d'identifier les cellules en cause, les chercheurs ont choisi de comparer les cellules leucémiques avec les cellules normales les plus proches au niveau du développement en cellules B saines. Sur les 15 stades cellulaires examinés, les chercheurs ont identifié six caractéristiques prédictives dans deux stades adjacents dans la maturation, les stades pro-B2 et pré-B1.

La sous-population pro-B2 présentait une signalisation mTOR activée, la sous-population pré-B1 une signalisation activée et insensible du récepteur pré-B. Les caractéristiques DDPR, présentes au diagnostic, persistaient lors de la rechute.

Valider à plus grande échelle

« Le comportement cellulaire est déterminant clef de la résistance au traitement, écrivent les auteurs. Ce n'est pas seulement l'identité extérieure des cellules leucémiques, telle que mesurée par la présence de molécules à la surface de la cellule, qui détermine la résistance au traitement, mais plutôt comment ces cellules se comportent, comme mesuré par les états de signalisation intracellulaire. »

Même si les chercheurs expliquent ne pas encore comprendre « les mécanismes par lesquels les cellules malignes des stades pro-B2 et pré-B1 résistent au traitement », ils annoncent avoir déjà commencé à identifier des médicaments ciblés. L'équipe prévoit de valider la méthode sur un plus grand nombre de patients et de tester l'approche dans d'autres cancers.  


Source : lequotidiendumedecin.fr