Le profil olfactif pourrait être prédictif d'une aggravation de l'infection Covid-19, une étude est lancée à l'hôpital Foch  Abonné

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 20/05/2020

Crédit photo : Phanie

Et si les molécules expirées pouvaient jouer un rôle dans la prise en charge de l'infection Covid-19 ? C'est le pari de l'hôpital Foch (Suresnes) qui lance une étude visant à identifier un profil moléculaire olfactif prédictif d'une aggravation des symptômes chez des patients hospitalisés pour une pneumonie liée à l'infection Covid-19.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte