L'antipsychotique chlorpromazine bientôt évalué dans les formes précoces de Covid par le GHU Paris Sainte-Anne

Par
Coline Garré -
Publié le 04/05/2020

Crédit photo : PHANIE

Le groupe hospitalier (GHU) Paris Sainte-Anne lance cette semaine l'étude reCoVery, qui vise à évaluer la pertinence de la chlorpromazine (Largactil) dans le traitement du Covid-19. L'objectif est de savoir si cet antipsychotique découvert il y a près de 70 ans pourrait diminuer l'évolution défavorable de l'infection lorsqu'il est administré dès l'apparition des signes respiratoires, mais aussi s'il pourrait réduire la contagiosité du SARS-CoV-2.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)