La vogue des sushis et poissons crus s'accompagne d'une baisse paradoxale de l'anisakidose  Abonné

Par
Publié le 16/02/2016
sushi

sushi
Crédit photo : PHANIE

Sushi, sashimi, carpaccio, tartare, ceviche, sous toutes ses formes, le poisson cru connaît une popularité sans précédent ces dernières années en France. Pourtant, le risque d'anisakidose, cette parasitose due à l'infestation de larves de nématodes de la famille des Anisakidés via la consommation de poisson cru ou mal cuit, est en diminution par rapport à la précédente étude en date de 1985-1985, d'après le dernier « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (BEH).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte