La marche vers l’éradication

- Publié le 08/10/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

« L’arrivée de l’artémisinine, dans les années quatre-vingt-dix, est survenue à une période très préoccupante au début des années quatre-vingt-dix, au cours de laquelle les traitements à base de chloroquine commençaient à ne plus fonctionner, se souvient le Dr Bernard Pécoul, directeur exécutif de l’initiative pour les traitements des maladies négligées (DNID).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?