Une nouvelle cible antalgique dans le cerveau

La faim inhibe la douleur chronique mais pas aiguë  Abonné

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 26/03/2018

Existe-t-il une priorisation au niveau du cerveau entre la faim et la douleur, deux signaux concurrents pour assurer la survie ? Des chercheurs de l'université de Pennsylvanie montrent chez la souris que la faim extrême diminue la douleur inflammatoire sans altérer les réponses nociceptives aiguës.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte