Transmission verticale du VIH

La bi- ou trithérapie réduit les infections de 50 %  Abonné

Publié le 04/03/2011

Jusqu’à l’étude présentée à la 18e conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI), à Boston, cette semaine, la prévention chez d’un bébé né d’une mère contaminée par le VIH et qui l’ignore se fondait sur la zidovudine. Le travail présenté par Heather Watts (NIH) pourrait modifier ce protocole. De fait une étude menée au Brésil, en Argentine, en Afrique du Sud et aux États-Unis montre qu’une bi- ou une trithérapie réduisent de plus de 50 % les risques de contamination du nouveau-né par transmission verticale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte