NOBEL 2015 - Maladies parasitaires tropicales négligées

Deux avancées ont transformé la médecine infectieuse  Abonné

Publié le 08/10/2015

Mieux vaut tard que jamais. Cette année, le jury du Nobel au Karolinska Institute a décidé d’attribuer le prix de médecine aux découvreurs de deux « vieilles » molécules « qui ont révolutionné le traitement de maladies parasitaires comptant parmi les plus dévastatrices », l’artémisinine contre le paludisme et l’avermectine et son dérivé l’ivermectine contre plusieurs helminthoses, la filaire lymphatique, l’onchocercose ou la loase.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte