Cancer du col : au Botswana, le statut VIH n'est pas pris en compte pour le choix du traitement

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 26/02/2019
Cancer du col

Cancer du col
Crédit photo : PHANIE

Une étude observationnelle américaine menée au Botswana montre que le choix du traitement des femmes atteintes de cancer du col de l'utérus est fait indépendamment de leur statut VIH. Ces résultats ont fait l'objet d'une publication dans « Cancer ».

Au Botswana, la prévalence du VIH est de 34 % chez les femmes de 25 à 45 ans. Si 83 % des patients infectés bénéficient d'un traitement antirétroviral, le risque de cancer, notamment du col de l'utérus, reste plus important chez ces patients.

Le but de l'étude était d'identifier les facteurs associés à l'initiation d'un traitement curatif de chimioradiothérapie.

Pas de différence de survie à 2 ans

Au total, 519 femmes ayant un cancer du col de l'utérus localement avancé ont été incluses dans l'étude entre juillet 2013 et juillet 2017. Elles étaient 55 % (284) à avoir reçu le traitement de chimioradiothérapie. Les autres femmes n'ont pas eu de chimiothérapie (elles ont par exemple été prises en charge par radiothérapie à forte dose ou par radiothérapie palliative avec ou sans curiethérapie).

Parmi les femmes ayant reçu le traitement de chimioradiothérapie à visée curative, 70,4 % (200 femmes) étaient infectées par le VIH, avec une charge virale contrôlée. Elles étaient 66,8 % (157) à l'être dans le second groupe.

Les chercheurs ont montré que le statut VIH n'entrait pas en ligne de compte dans la décision du traitement. En revanche, le niveau d'hémoglobine, le stade de la maladie et l'âge étaient des facteurs pris en compte. Ainsi, les patientes avec un taux d'hémoglobine ≥ 10 g/dL, présentant un stade I ou II de la maladie et de moins de 61 ans étaient plus à mêmes de recevoir une chimioradiothérapie.

La même équipe avait précédemment montré qu'une infection par le VIH n’avait pas d’impact sur la survie globale à 2 ans chez des patients débutant un traitement curatif du cancer du col de l'utérus.

« Les conclusions des chercheurs méritent d’être analysées non seulement au regard des implications du cancer du col de l’utérus associé au VIH au Botswana, mais plus généralement en termes de prévention et de traitement du cancer associé au VIH dans le monde », estime également Richard F. Little (Division of Cancer Treatment and Diagnosis, National Cancer Institute, National Institutes of Health, Bethesda, Maryland) dans un éditorial.


Source : lequotidiendumedecin.fr