35 essais cliniques français Covid-19 ont déjà été autorisés par l'ANSM

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 22/04/2020

Crédit photo : Phanie

Entre le début de la pandémie et le 10 avril, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a autorisé plus de deux tiers des projets soumis portant sur la prise en charge des patients Covid-19.

L’ANSM, la direction générale de la santé (DGS) et les comités de protection des personnes (CPP) se sont adaptés au contexte en mettant en place des procédures accélérées pour évaluer les dossiers. L'ANSM a ainsi réduit ses délais moyens d'évaluation réglementaire à 7 jours au lieu de 60.

« La sécurité des patients reste toutefois notre priorité : chaque essai clinique est suivi par nos équipes et nous pouvons être amenés à suspendre ou arrêter un essai clinique si celui-ci ne répond pas aux exigences nécessaires à la sécurité des patients », souligne l'ANSM.

13 essais sur hydroxychloroquine et chloroquine

Sur les 52 dossiers déposés en date du10 avril, 35 ont reçu une autorisation. Parmi eux, 13 visent à évaluer l’hydroxychloroquine et la chloroquine. Les principales autres stratégies thérapeutiques évaluées sont des antiviraux, en particulier le remdesivir et l'association ritonavir/lopinavir, des antibiotiques dont l'azithromycine, des corticoïdes, des inhibiteurs de l'enzyme de conversion/sartans et des immunomodulateurs de type anticorps monoclonaux.

Ces essais concernent en grande partie des patients Covid-19 hospitalisés. Certains sont réalisés uniquement en France, mais d'autres, comme l'essai Discovery, ont une dimension européenne. « La France est impliquée dans 7 des 10 principaux essais internationaux en cours, participant activement à une recherche clinique européenne forte et transparente sur ses données », avance l'ANSM.

D'après les analystes financiers du cabinet Finbold, la France est en troisième position des pays qui promeuvent le plus grand nombre d'essais cliniques sur l'infection Covid-19 derrière les États-Unis et la Chine.

Le ministère des Solidarité et de la Santé recense sur son site l'ensemble des projets de recherche Covid-19 impliquant la personne humaine (à visée thérapeutique ou non thérapeutique) autorisés ou en cours d'instruction.


Source : lequotidiendumedecin.fr