Rétrospective 2018

Votre souhait pour 2019 ? Faites vos vœux !

Par
Stéphane Long -
Publié le 31/12/2018
souhaits

souhaits
Crédit photo : DR

Le succès du DMP
Et si le dossier médical partagé (DMP) finissait (enfin) par réussir ? Ce vieux serpent de mer du monde médical, lancé il y a quinze ans, a fait l’objet d’un profond relooking en 2018 pour convaincre patients et médecins. L’intérêt d’un tel dispositif est indéniable : améliorer la coordination entre professionnels de santé et offrir un meilleur suivi médical. Réussira-t-il dans sa nouvelle formule ?

La généralisation du tiers payant
Et si les médecins changeaient d’avis sur le tiers payant généralisé ! Après tout, cette mesure a aussi des avantages, avancent ses partisans : terminé les impayés, fin des discussions d’argent (avec lesquels certains praticiens s’accommodent mal) avec les patients. Envisagée par Marisol Touraine et honnie par les praticiens, la généralisation du tiers payant va revenir sur le tapis en 2019. Sans obligation pour les professionnels de l’appliquer, a promis l’actuelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Suffisant pour vous convaincre ?

Le déremboursement de l'homéopathie
C’est un sujet qui divise la profession. La polémique sur l’efficacité de l’homéopathie a relancé le débat sur sa prise en charge par l’Assurance-maladie. La Haute Autorité de la santé (HAS) doit rendre un avis sur le sujet au printemps 2019, avant une décision du ministère de la Santé. L’avenir de cette pratique en France se jouera en grande partie l’année prochaine.

La généralisation des assistants médicaux
Redonner du temps médical aux médecins. C’était un souhait des représentants de la profession. Le gouvernement l’a partiellement exaucé dans son plan « Ma santé 2022 ». 4 000 postes d’assistants médicaux seront créés d’ici à 2022, mais réservés aux généralistes et spécialistes libéraux en exercice coordonné. Le souhait de certains praticiens serait d’étendre cette mesure à toute la profession. Un vœu pour 2019 ?

La dépénalisation du cannabis
Le cannabis en vente libre… ou du moins encadrée ? L’Académie de médecine est contre, pour des raisons évidentes de santé publique. Mais certains le réclament haut et fort, convaincus que cette mesure asséchera un marché noir propice à la délinquance et coûteux pour la société. L’échec des « coffee-shops » implantés en France cette année démontre que les esprits ne semblent pas encore prêts… 2019, année du changement ?

Un forfait structure réellement attractif
Douche froide pour les médecins concernés : le forfait structure versé en 2018 (au titre de 2017) a baissé de 6 % pour les généralistes. Plusieurs syndicats réclament une révision de cette rémunération, qu’ils estiment perverse dans sa formule actuelle. La CNAM les entendra-t-elle ?


Source : lequotidiendumedecin.fr