Temps de travail à l’AP-HP : plusieurs centaines de manifestants installent un hôpital de fortune

- Mis à jour le 12/07/2019

Crédit photo : AFP

Montrer « nos conditions de travail »: plusieurs centaines d’agents de l’Assistance-Publique Hôpitaux de Paris, en grève, ont installé jeudi 17 septembre un hôpital de fortune rue de Rivoli pour dénoncer le projet de réorganisation du temps de travail porté par le directeur général Martin Hirsch.

A l’appel de l’intersyndicale (CGT, SUD, FO, CFDT, CFE-CGC, CFTC et Unsa), plusieurs centaines de personnes s’étaient d’abord rassemblées devant le siège de l’AP-HP, avenue Victoria, la direction recensant de son côté 8,66% de grévistes à la mi-journée.

« Je constate une mobilisation plus faible qu’avant l’été, inférieure à 9%, mais notre objectif reste de faire une réforme qui soit équilibrée, soucieuse des conditions de travail de l’ensemble des personnels, dans un cadre que je souhaite celui de la négociation », a déclaré Martin Hirsch à l’AFP. Le taux de gréviste, de 34% lors de la première mobilisation, était retombé à 12,5 % le 18 juin.

Les agents échaudés par des ponctions sur salaire

Moins nombreux, les agents ont toutefois voulu créer la surprise. Après avoir entamé la manifestation annoncée ces derniers jours en direction de Bercy, ils ont rebroussé chemin. « Nous avons décidé de ne pas suivre l’itinéraire prévu mais d’installer un “hôpital de campagne” afin de montrer les conditions dans lesquelles on travaille », a annoncé un représentant syndical de SUD Santé.

Tentes contenant un brancard, fauteuils médicaux et tensiomètres usagés ont ainsi agrémenté la rue de Rivoli, à proximité de l’Hôtel de ville et du siège de l’AP-HP. « Les ponctions sur les salaires à la veille des vacances ont refroidi les grévistes », avait expliqué le secrétaire général SUD Santé Jean-Marc Devauchelle mercredi, évoquant « d’autres formes d’action plus radicales ».

Brandissant différentes banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Repos préservé, qualité des soins assurée », ou encore « Tu pousses le bouchon un peu loin Martin », les manifestants se sont dispersés, un petit groupe se dirigeant vers la place de l’Opéra avant de rejoindre le rassemblement.