Semaine européenne de la vaccination : une campagne télévisée et des villages Info

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 23/04/2019

Alors que la semaine européenne de la vaccination se déroule du 24 au 30 avril, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé le lancement d'une campagne inédite de promotion de la vaccination en France.

Depuis le 21 avril et jusqu'au 11 mai, un spot télévisé sur le thème « La meilleure protection, c'est la vaccination » est diffusé à la télévision et relayé sur les réseaux sociaux, le web et dans la presse. La ministre salue « un message simple et non culpabilisant, qui doit donner envie de protéger les enfants ».

Si cette campagne s'adresse à tous, les parents d'enfants de moins de 6 ans et les jeunes adultes de 25 ans et plus sont particulièrement ciblés.

Des « Villages » pour informer

En parallèle de cette campagne télévisée, des Villages Info Vaccination s'installent dans toutes les régions de France métropolitaine, en Guyane et en Guadeloupe durant cette semaine de mobilisation. Ces Villages auront pour missions « d'informer et de sensibiliser à travers des animations et des ateliers ludiques de manière à interpeller la population sur l'importance de se protéger de maladies infectieuses graves », présente François Bourdillon, directeur général de Santé publique France. L'occasion donc de lutter contre les fake news. « Elles sont toujours aussi nombreuses en circulation et toujours aussi dangereuses », regrette Agnès Buzyn.

La Semaine européenne de la vaccination a été créée en 2005 par l'Organisation mondiale de la santé et se déroule aujourd'hui dans près de 200 pays. « Sur la santé, l'Union européenne est un terrain d'action majeur et a un rôle à jouer, estime la ministre. Les épidémies n'ont pas de frontière ». La ministre a ainsi rappelé que la France coordonne depuis septembre une action conjointe européenne sur la vaccination, financée par la Commission européenne.

Agnès Buzyn plaide par ailleurs en faveur d'une harmonisation des calendriers vaccinaux entre les pays : « J'ai plusieurs fois alerté le Commissaire européen à la santé sur le fait qu'il serait logique d'harmoniser les calendriers vaccinaux. » Selon elle, si les variations de recommandation vaccinale entre les régions sont justifiées par les différences de prévalence des agents pathogènes, rien n'explique les différences de calendrier.


Source : lequotidiendumedecin.fr