Nouvelle fermeture des cabinets, fronde tarifaire : MG France décide de durcir le mouvement

Publié le 15/01/2015
Grève

Grève
Crédit photo : S. Toubon

Faute de réponse claire de Marisol Touraine, la contestation se durcit du côté des médecins généralistes. Après l’UNOF (CSMF), qui a jeté un pavé dans la mare cette semaine en réclamant immédiatement un C à 31 euros, MG France, qui a réuni ce jeudi son comité directeur au grand complet, a décidé de nouvelles actions, à la fois fortes et symboliques.

Avertissement

Une nouvelle journée de fermeture des cabinets a été programmée le jeudi 5 février (hors congés scolaires cette fois). « Nous ferons grève un jour par mois tant que nous ne serons pas entendus », précise au « Quotidien » le Dr Claude Leicher, président du syndicat de généralistes.

Beaucoup plus problématique pour le gouvernement : une contestation tarifaire pourrait, cette fois, démarrer dans les prochains jours, avec la bienveillance affichée de MG France. Dès la semaine prochaine, le syndicat de généralistes expliquera publiquement qu’il « comprend » les médecins de secteur I qui facturent d’autorité leur consultation à 25 euros ou leur visite à 56 euros, dans le contexte actuel de blocage des actes de base. En pratique, plusieurs adhérents de MG France expliqueront, à la faveur d’une conférence de presse, pourquoi ils augmentent unilatéralement leurs tarifs. « S’ils ont des ennuis, nous leur apporterons le soutien du syndicat », assure le Dr Leicher.

Les syndicats médicaux ne peuvent pas donner eux-mêmes de mot d’ordre officiel de dépassement d’honoraires car ils s’exposent à des poursuites mais MG France a décidé d’accroître la pression sur le gouvernement en accompagnant ouvertement un mouvement de fronde tarifaire. « C’est un avertissement fort au gouvernement qui est en train d’abandonner le secteur I. Les médecins en tireront les conséquences », explique le Dr Leicher.

La grève administrative, elle, se poursuit. « Les médecins doivent la faire à leur rythme », déclare le président de MG France, alors que la CNAM vient de publier les premiers chiffres de la télétransmission, montrant une baisse moyenne de 12 % des FSE depuis le 5 janvier.

Cyrille Dupuis

Source : lequotidiendumedecin.fr