Des patients au chevet de leur médecin

Mon « Docteur » en burn-out ? Pas possible

Publié le 12/11/2019
Le médecin garde une image de surhomme (ou de surfemme) et en cas de faiblesse, il est plus simple d’en changer que de lui tendre la main. Interrogés sur le risque de burn-out des médecins en général et de leur propre médecin en particulier c'est souvent ainsi que réagissent les patients. Un récent mémoire rédigé par deux généralistes a mis en lumière le fossé entre l’image du médecin véhiculée dans le grand public et la réalité de l’exercice.

Crédit photo : PHANIE

Au café du coin du XXIe siècle – Twitter ou Facebook – les médecins sont qualifiés de nantis, d’ingrats corporatistes, de capricieux qui ne veulent pas s’installer dans les déserts médicaux… Aujourd’hui, on #balancesonmédecin parce que pêle-mêle il ose prendre des vacances sans se faire remplacer, il n’est pas ouvert aux heures et aux lieux où les patients le souhaiteraient, il ne prescrit pas les médicaments pourtant vantés sur les forums internet… À l’inverse, dans les groupes de paroles virtuels de médecins, on ressent plutôt une impossibilité à répondre aux attentes, un ressent

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?