Courrier des lecteurs

On meurt mal en France

Publié le 28/11/2019

En janvier 2018, 89 % des Français étaient favorables à une mort aidée, humainement choisie : bien mourir c’est encore un peu vivre. Pourquoi faudrait-il accepter de souffrir et faire souffrir inutilement ses proches quand, à l’évidence, il n’y a plus rien à faire ? Le patient, seul, peut fixer les limites acceptables. Qui sont ces médecins qui osent juger la souffrance des autres ? Ces praticiens incapables de se mettre à la place de celui qui souffre ? Nous accordons cette délivrance aux animaux mais pas à nous-mêmes. Le médecin ne doit pas imposer sa volonté au malade.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?