Éditorial

Médecine (en) douce

Par
Publié le 16/01/2020

C’est une pratique qui se développe en marge des sentiers balisés. Chez nous tout au moins, car chez certains de nos voisins, le jeûne thérapeutique bénéficie parfois d'un encadrement médical. Les autorités scientifiques françaises – INCa, INSERM — arguent qu’aucune étude n’a jusqu’alors prouvé les bienfaits de la démarche, qui peut en revanche comporter des risques. De surcroît, le mouvement est porté par des groupes de patients, voire des gourous, ce qui achève de creuser le fossé avec un corps médical par essence rationaliste.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)