Pendant que le pays se débat

L’obsession de 2017  Abonné

Publié le 04/05/2015

Crédit photo : AFP

Les éditorialistes ne manquent pas la moindre occasion de lui rappeler qu’il a lui-même conditionné sa candidature à une réduction du taux de chômage. Il lui serait facile de répondre qu’il doit préparer la bataille politique avant même de savoir s’il la croit possible. À quoi s’ajoute son indestructible optimisme : les paramètres, euro, énergie, taux d’intérêt étant tous au vert, il faudra bien que l’économie aille mieux et commence à créer des emplois. Craint-il d’aller au combat malgré l’insolente progression du Front national et la remise en selle de Nicolas Sarkozy ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte