Rapport sur les lieux de privation de liberté

L’hôpital psychiatrique appelé à plus d’humanité

- Mis à jour le 08/04/2009

LE CONTRÔLEUR GÉNÉRAL des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, a présenté hier son premier rapport (voir encadré). De septembre à décembre derniers, 52 structures ont été passées au peigne fin des droits de l’homme. À Lille, Amiens, Limoges, Angoulême et Chambéry, 3 ou 4 enquêteurs se sont fait ouvrir les portes de chacun des hôpitaux psychiatriques pendant 3 jours.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?