Les partisans de l’obligation continuent le combat  Abonné

Publié le 12/10/2015

Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

« L’obligation de signaler a été recommandée par plusieurs instances dont l’Association mondiale de psychiatrie, le Comité des droits de l’enfant et deux rapports de l’ONU, rappelle une lettre ouverte qui vient d’être adressée aux sénateurs. Quand le signalement constitue une obligation, il réduit par trois le risque pour une enfant de mourir sous les coups », assurent les signataires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte