Les néphrologues libéraux dénoncent la vision « caricaturale » de la Cour des comptes

Publié le 22/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

Crédit photo : S. TOUBON

Le syndicat des néphrologues libéraux (SNL) fustige le rapport de la Cour des comptes sur la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique (IRC) publié le 15 septembre. Selon ce syndicat, il s’agit d’une description « méprisante », « erronée et caricaturale » de la spécialité.

« Le rapport est un raccourci étonnant de la profession », juge le Dr José Brasseur, président du SNL. « Résumer l’activité du néphrologue à la seule surveillance de la séance de dialyse, c’est mépriser son suivi de la globalité du parcours de soins de l’insuffisant rénal chronique à partir de sa découverte, la gestion des décompensations, des pathologies associées, du dossier prégreffe, c’est oublier aussi son obligation de permanence de soins 24H/24 non rémunérée », poursuit-il.

Une vision réductrice et insultante selon le SNL

Le syndicat, qui n’a pas été audité, déplore que la Cour méconnaisse la prise en charge des insuffisances rénales aiguës, des références tardives ou des replis des patients décompensés en provenance des unités plus légères.

« Relier l’attractivité du métier à sa seule rémunération, évoquer un lien entre rémunération et orientation de soins est réducteur, caricatural et insulte l’ensemble de la médecine libérale », s’insurge le SNL.

Le syndicat appelle les pouvoirs publics à mener une concertation sur des objectifs de santé publique et de qualité au sein du parcours de soins du patient porteur d’une maladie rénale chronique.

S.M.

Source : lequotidiendumedecin.fr