La santé des minorités en Belgique

Les associations veulent sortir les lesbiennes de l'anonymat médical  Abonné

Par
Benjamin Leclercq -
Publié le 13/06/2019
lesbiennes

lesbiennes
Crédit photo : Phanie

Appartenir à une minorité est mauvais pour la santé. Les études scientifiques l'ont montré : ce que les chercheurs nomment aujourd'hui « stress minoritaire », résultat de la violence sociale subie au contact de la puissance majoritaire, a des conséquences très concrètes sur la santé des individus. Elles sont psychologiques (dépression, dépendances, etc.) et physiques (prévalence des cancers, des IST, etc.).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte