Le MEDEF mise sur la santé pour doper la croissance

Publié le 28/08/2014
1409236015539633_IMG_134670_HR.jpg

1409236015539633_IMG_134670_HR.jpg
Crédit photo : AFP

L’université d’été du MEDEF, qui se termine ce jeudi soir, met la santé à l’honneur cette année. Des tables rondes abordent l’innovation, la médecine personnalisée, la santé connectée. Des stands présentent les dernières innovations du secteur (logiciels, dispositifs médicaux, cabine de télémédecine...).

Le marché de la santé, loin de se résumer au seul médicament, génère croissance et emplois. Le chiffre d’affaires des entreprises de santé françaises s’élève à 60 milliards d’euros.

Le MEDEF se dit convaincu du fort potentiel présenté par le secteur santé, y compris à l’international. Les entreprises françaises lorgnent du côté des pays en voie de développement. Sanofi et Orange, à titre d’exemple, ont lancé en Afrique un programme de suivi personnalisé du diabète grâce au téléphone portable.

Pour un écosystème favorable

Mais la croissance, malgré la révolution numérique, source d’innovations dites « de rupture », reste fragile.

Geoffroy Roux-de-Bézieux, vice-président du MEDEF, attend un soutien plus ferme de la politique gouvernementale : « L’économie française est mauvaise mais la capacité entrepreneuriale se maintient, Manuel Valls l’a dit [lors de son discours au MEDEF]. On ne demande pas au gouvernement d’innover à notre place. Tout ce qu’on demande, c’est un écosystème qui permette aux entreprises de se développer. »

Christian Lajoux, président du comité santé du MEDEF et ex-président de Sanofi, complète : « On attend un dialogue entre les autorités et l’industrie. Le projet de loi [santé de Marisol Touraine, NDLR] ignore ce que peuvent apporter les industriels ». Gabrielle Gauthey, présidente de la commission innovation du MEDEF, exprime pour sa part une forte attente sur les achats publics innovants. « La Suède, championne d’Europe, achète beaucoup de produits publics innovants. Il se lève 10 milliards d’euros sur l’innovation aux États-Unis. En France, c’est un milliard. »

D. Ch.

Source : lequotidiendumedecin.fr