Le gouvernement lance une mission sur la hausse des arrêts maladie, l'absentéisme en hausse

Par Marie Foult
- Publié le 06/09/2018
- Mis à jour le 15/07/2019

Rentrée mouvementée pour la santé au travail ! Après avoir discuté ces derniers jours avec les partenaires sociaux sur cette thématique, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé le lancement d'une mission spécifique pour comprendre la hausse des arrêts maladie, qui progressent au rythme d'environ 4 % par an depuis 2014.

Deux personnalités ont été nommées par Matignon, pour quatre mois, pour proposer des pistes d'évolution : Jean-Luc Bérard, DRH du groupe industriel Safran, et Stéphane Seiller, magistrat à la Cour des comptes. Un point d'étape sera établi « fin octobre », confirme ce jeudi Matignon au « Quotidien ».  

Le chef du gouvernement constate le caractère « insatisfaisant » du système actuel et souhaite engager une démarche de concertation avec les partenaires sociaux, « ainsi que les professionnels de santé, médecins et organismes d'assurance maladie », selon son entourage cité par l'AFP.

Début août, le quotidien « les Échos » révélait un projet du gouvernement de faire payer aux entreprises le coût des arrêts d'une semaine, avant qu'Édouard Philippe ne fasse marche arrière lors de l'Université d'été du Medef, précisant qu'il ne voulait pas de mesure « unilatérale et brutale ». Pour autant, le Premier ministre n'a pas renoncé à mettre ce sujet à plat. 

Place des médecins du travail

Dans sa feuille de route avec les partenaires sociaux, Matignon aborde plus largement la problématique de la santé au travail sur la base notamment du rapport rendu fin août par la députée LREM Charlotte Lecocq. Plusieurs points précis devraient être abordés comme les services de santé au travail, la place des médecins du travail et la qualité de vie au travail.

Hasard du calendrier, une vaste étude* réalisée par le groupe de conseil Ayming, publiée ce jeudi, montre que l'absentéisme est en hausse chez les salariés du privé en 2017. Le taux d'absence s'est élevé en moyenne à 4,72 % en 2017, en hausse par rapport à 2016 (4,59 %), plus marqué chez les femmes et les plus de 55 ans.

Ce taux correspond à une durée moyenne d'absence de 17,2 jours par an et par salarié. Il est de 3,54 % pour les hommes mais atteint 5,30 % pour les femmes. Cela s'explique par les postes occupés par les femmes « générateurs de problèmes de santé plus importants comme les troubles musculosquelettiques », mais aussi par le fait qu'elles gèrent toujours plus de charges domestiques et qu'elles sont plus en situation monoparentale, souligne le baromètre.

* Étude portant sur une base de 46 540 entreprises, soit plus d'1,8 million de salariés, prenant en compte les arrêts maladie, accidents de travail, accidents de trajet et maladies professionnelles.