La chronique de Richard Liscia

Le désarroi des partis conforte le président : Macron par défaut  Abonné

Par
Publié le 01/06/2017
Macron par défaut

Macron par défaut
Crédit photo : AFP

Un tour d'horizon rapide des partis politiques montre qu'ils sont tous, à des degrés divers, affectés par l'élection du président Macron. Dans le cas de la France insoumise, la déprime vient de Jean-Luc Mélenchon lui-même qui a cru vraiment qu'il serait au second tour et se préparait à mettre en place sa « République bolivarienne ». Sa déception est telle qu'elle lui a caché la dimension de son succès : avec 19,30 % des suffrages, il a réalisé un score comparable à celui de François Fillon. La droite et le centre se sentent coupables aujourd'hui de n'avoir pas su résister à M.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte