Mortalité maternelle

La moitié des décès pourraient être évités

Par Antoine Dalat
Publié le 24/06/2019
- Mis à jour le 15/07/2019

« Le décès d’une femme, en lien avec sa grossesse, est en général le témoignage de plusieurs dysfonctionnements cumulés. Il doit toujours être considéré comme un signal d’alerte pour sensibiliser les équipes et faire progresser les pratiques », indique la Dr Catherine Deneux-Tharaux, directrice de recherche à l’Inserm. L'expression de « mortalité maternelle » englobe les décès qui surviennent durant les neuf mois de la grossesse et, selon les critères internationaux, dans les 42 jours qui suivent l’accouchement.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?