Formation, qualité des soins, médicaments...

La ministre de la Santé russe souligne les progrès accomplis  Abonné

Publié le 14/02/2013
1360834502409980_IMG_99030_HR.jpg

1360834502409980_IMG_99030_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

1360834499409925_IMG_99027_HR.jpg

1360834499409925_IMG_99027_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

LE QUOTIDIEN - Comment devient-on ministre de la Santé en Russie ?

PR VERONIKA SKVORTSOVA - Mon parcours n’est pas typique. J’ai été le plus jeune professeur de neurologie de Russie, à 32 ans, en 1993. Depuis 2001, je dirige la fédération mondiale de l’AVC. Mon entrée en politique remonte à 2005 : j’ai piloté un programme national de lutte contre les pathologies vasculaires, la première cause de mortalité en Russie. C’est un problème très difficile à gérer compte tenu de l’énormité du territoire et de la densité irrégulière de la population.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte