Un projet catalogue au léger parfum d’étatisation

La loi santé de Touraine se mêle de tout, la profession en alerte  Abonné

Publié le 23/06/2014
1403532671531697_IMG_132242_HR.jpg

1403532671531697_IMG_132242_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

1403532674531766_IMG_132243_HR.jpg

1403532674531766_IMG_132243_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

1403532677531768_IMG_132245_HR.jpg

1403532677531768_IMG_132245_HR.jpg
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

1403532675531767_IMG_132244_HR.jpg

1403532675531767_IMG_132244_HR.jpg
Crédit photo : AFP

1403532678531960_IMG_132294_HR.jpg

1403532678531960_IMG_132294_HR.jpg

Anticipant les critiques, Marisol Touraine a d’abord défendu sa loi en creux : ni un grand mécano institutionnel, ni une loi de santé publique « où les objectifs se comptent par dizaines ».

En dévoilant jeudi les orientations de ce texte, la ministre a en tout cas placé la barre très haut : « il y aura un avant et un après », le quotidien de « millions de Français » sera « transformé », l’enjeu est de « refonder » le système de santé pour répondre aux défis du vieillissement, des maladies chroniques et de l’innovation.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte