Courrier des lecteurs

IVG et amalgame

Publié le 01/11/2018

Je garde en mémoire un stage d'externat sur un centre d'IVG, l'aspiration ramenait un être vivant avec encore sa queue, mais déjà les quatre membres, le corps, la tête, et le cœur battant. La justification d'un tel acte par l'impossible traitement d'une souffrance de la mère, ne m'a jamais choqué.

L'évolution de la science avec la possibilité d'IVG médicamenteuse, retirant en grande partie cette image d'un être en construction, est une avancée faisant évoluer l'éthique.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)