Le « printemps de Roanne » fait tache d’huile

Contre la loi de santé, la révolte contagieuse de la « base »  Abonné

Par
Publié le 21/05/2015
Dans plusieurs régions, la colère médicale s'exprime de façon spontanée

Dans plusieurs régions, la colère médicale s'exprime de façon spontanée
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

À Roanne (Loire), 90 généralistes ont fermé leur cabinet entre lundi et mercredi. Un mouvement spontané massif, vite baptisé « Printemps de Roanne », qui a démarré par un simple courrier de ras-le-bol adressé à ses confrères par un généraliste de la ville, le Dr Michel Seraille, en avril.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte