Chez l’adulte à risque  Abonné

Par
Publié le 30/04/2018

Les patients à risque d’infection à pneumocoque (IP) ont une comorbidité chronique sans immunodépression, tandis que ceux à haut risque ont une immunodépression (due à une maladie ou un traitement). La cardiopathie chronique multiplie le risque d'IP par 3, les maladies pulmonaires chroniques et le diabète par 6, la consommation excessive d’alcool par 11, et l’immunodépression sévère par de 23 à 48.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte