Éditorial

Aux forceps

Par
Publié le 15/04/2019
Jean Paillard

Jean Paillard
Crédit photo : S. Toubon

Il y a dans ce dossier une telle part d’affect qu’il est bien difficile d’y réfléchir posément. Les faits pourtant parlent d’eux-mêmes. Depuis 1996, l’Hexagone a perdu près de la moitié de ses maternités. Et ce n’est pas fini : dans l’Eure, l’Indre, l’Oise ou le Haut-Rhin les restructurations se poursuivent. Le mouvement pourrait même s’accélérer à la faveur de la réforme en cours. À chaque fois, les élus locaux sont prompts à dénoncer une logique économique orchestrée par la main avide du régulateur. L’argument fait mouche.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)