Allocation adulte handicapé : retrait du projet de modification, salué par les associations

Publié le 04/11/2015
- Mis à jour le 04/11/2015

La secrétaire d’État aux personnes handicapées Ségolène Neuville a annoncé le retrait du projet de réforme du calcul de l’allocation adulte handicapé (AAH), ce mardi 3 novembre à l’Assemblée nationale.

Le projet de loi de finances pour 2016 prévoyait d’intégrer dans le calcul de l’AAH les intérêts non imposables des comptes d’épargne, comme le livret A et l’épargne populaire – pris en compte dans le calcul d’autres prestations sociales.

Le député socialiste Christophe Sirugue devrait faire « des propositions sur la simplification des minima sociaux dans leur globalité, dans le cadre de la mission qui lui a été confiée sur les minima sociaux par le Premier ministre », a précisé Ségolène Neuville.

L’association des paralysés de France (APF), qui se félicite du retrait de ce projet, a calculé que « pour quelques dizaines d’euros » tirés des intérêts de leurs livrets d’épargne, les allocataires perdraient « 1 257 à 2 151 euros par an » de ressources. La pétition lancée le 26 octobre dernier a reçu plus de 46 000 signatures.

« On voudrait que la spécificité de l’AAH par rapport aux autres minima sociaux soit reconnue, les personnes touchant l’AAH (807 euros mensuels maximum) restant toute leur vie en situation de handicap », a réagi Véronique Bustreel, responsable du dossier à l’APF. L’association revendique une AAH nominative, et non calculée en fonction des ressources du foyer.

(avec AFP)

Source : lequotidiendumedecin.fr