Les anabolisants Clenox et Stanox-10 contiennent des substances interdites, alerte l'ANSM

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 20/02/2019
ansm

ansm
Crédit photo : S. Toubon

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) alerte sur la composition de deux produits anabolisants et amaigrissants vendus sur Internet. L'ANSM a en effet retrouvé des « substances non autorisées et dangereuses pour la santé » dans le Clenox et le Stanox-10, deux produits de la société Pacific Pharmaceutical Company Ltd. Malay Tiger.

Ces produits achetés sur Internet sont prisés des sportifs et des personnes souhaitant perdre du poids. L'Agence appelle les individus ayant eu recours à ces produits à consulter leur médecin.

Les substances actives de ces deux produits, le clenbutérol et le stanozolol, ne sont pas autorisées dans la composition de médicaments à usage humain et figurent sur la liste des substances et méthodes dont la détention par le sportif est interdite (arrêté du 23 février 2018 et J.O. du 10 mars). Les deux sont interdites par l'Agence mondiale antidopage.

Des risques cardiaques graves

« Le clenbutérol est une substance dangereuse qui présente des risques cardiaques graves », indique l'ANSM. Il s'agit d'un agoniste des récepteurs β2 adrénergiques, qui peut provoquer notamment de la tachycardie, de l'arythmie cardiaque, des tremblements, de l'hypertension artérielle, des céphalées ou des vertiges. Les analyses, réalisées à la suite d'une saisine des douanes judiciaires, ont mis en évidence une teneur de 0,22 mg par unité en clenbutérol dans le Clenox (contre 0,04 mg sur l'emballage).

Le stanozolol est un stéroïde anabolisant synthétique dérivé de la testostérone. Son utilisation peut notamment être à l'origine d'un infarctus du myocarde, d'hypertension artérielle, de stérilité, de virilisation chez les femmes, voire de cancer du foie. Les analyses réalisées sur le Stanox-10 montrent une teneur en stanozolol de 0,6 mg par unité (contre 10 mg par unité sur l'emballage).

« Seul le circuit des pharmacies d’officine et de leurs sites internet autorisés pour la vente en ligne de médicaments, régulièrement contrôlés par les autorités sanitaires, apporte des garanties sur la qualité, l’efficacité et la sécurité des médicaments achetés », rappelle l'ANSM.


Source : lequotidiendumedecin.fr