Des cas de méningiomes rapportés chez des patientes sous Lutéran ou Lutényl

Par Charlène Catalifaud
Publié le 08/02/2019
- Mis à jour le 15/07/2019
méningiomes

méningiomes
Crédit photo : PHANIE

Les données de pharmacovigilance ont mis en évidence des cas de méningiomes associés à l'utilisation de Lutéran (acétate de chlormadinone), de Lutényl (acétate de nomégestrol) ou de leurs génériques à des doses thérapeutiques. Ces médicaments sont des dérivés de la progestérone indiqués notamment dans la prise en charge de la ménopause et de l’endométriose.

Dans ce contexte, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé qu'une étude épidémiologique sera réalisée afin d'évaluer si les femmes prenant ces médicaments présentent ou non un surrisque par rapport à la population générale. Elle sera menée par les épidémiologistes experts du Groupement d'intérêt scientifique Epi-Phare.

L'ANSM recommande ainsi la contre-indication de ces progestatifs en cas de méningiome ou d'antécédent de méningiome et l'arrêt du traitement en cas de diagnostic posé chez des patientes sous traitement.

L'ANSM incite notamment les professionnels de santé à informer les patientes du risque de méningiome lors de la prescription de ces médicaments et à les prescrire aux doses les plus faibles possible.

« Le méningiome est une tumeur, le plus souvent bénigne, qui se développe à partir des membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière (les méninges) », rappelle l'ANSM.