Pour des raisons de galénique

Ces médicaments écrasés qui ne devraient pas l’être  Abonné

Publié le 11/06/2012
1339410446356060_IMG_85629_HR.jpg

1339410446356060_IMG_85629_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

LE TIERS des patients hospitalisés dans les unités de gériatrie reçoivent des médicaments dont un ou plusieurs sont écrasés… Or, 42 % de ces médicaments ne devraient pas l’être (écrasés), leur forme galénique contre-indiquant cette opération : les principes actifs pourraient être libérés de façon accélérée, ou à l’inverse l’activité pharmacologique diminuée. Des effets sur la pharmacodynamie des molécules que l’on mesure mal.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte