L’Ordre formalise l’interdit des relations sexuelles entre médecin et patient

Par
Elsa Bellanger -
Publié le 12/03/2019
code de deontologie

code de deontologie
Crédit photo : S. Toubon

Le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) a mis fin à un vide juridique. Si le Serment d’Hippocrate évoque l’interdit sexuel dans la relation médecin-patient, le Code de Déontologie Médicale n’en faisait jusque-là pas spécifiquement mention. C’est désormais chose faite.

« Tous les médecins connaissent cette limite, assure le Dr Jean-Marie Faroudja, président de la commission éthique et déontologie du CNOM. Les commentaires du Code énoncent la nécessité de s’abstenir de tous comportements ambigus, mais cela ne suffisait pas. »

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)