Les médecins, nouveaux lanceurs d’alerte ?  Abonné

Publié le 07/11/2013

CERTAINS MÉDECINS se refusent à déclarer les effets indésirables liés aux médicaments par crainte de voir leur responsabilité professionnelle entachée par des représailles judiciaires. Dépassement de posologie, prescription hors AMM, erreur médicamenteuse... Sur fond de scandales sanitaires liés aux médicaments, « la notion d’effet indésirable n’est jamais très loin de celle de faute professionnelle » pour les prescripteurs, analyse le Dr Évelyne Falip, directrice de surveillance de l’ANSM.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte