L’oeil du philosophe

Publié le 15/10/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

L’« affaire Bonnemaison » est selon Jacques Ricot, philosophe spécialisé en éthique médicale*, l’illustration du mauvais usage de la compassion.

Le premier procès aux assises des Pyrénées Atlantiques signe la victoire des bons sentiments. « L’émotion a tout excusé, les réflexes compassionnels l’ont emporté sur l’observation des faits et la raison », résume-t-il.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?