La fin de vie en débat

L’évaluation des pratiques est nécessaire  Abonné

Publié le 21/06/2012
1340241121359627_IMG_86517_HR.jpg

1340241121359627_IMG_86517_HR.jpg

1340241122359640_IMG_86523_HR.jpg

1340241122359640_IMG_86523_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

APRÈS CINQ JOURS de débat, les participants au congrès annuel de la Fédération mondiale des associations pour le droit de mourir, qui s’est tenu à Zurich, en Suisse, ont appelé à « briser le tabou de la mort » afin d’évoquer plus librement l’accompagnement en fin de vie qui reste difficile dans de nombreux pays européens. En Suisse où le suicide assisté est autorisé sous certaines conditions, certains estiment toutefois que cet acte doit rester une exception.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte