Refus de l'obstination déraisonnable

L'action de soins doit être en cohérence avec le bénéfice pour le patient

Par
Elsa Bellanger -
Publié le 23/04/2019
Depuis 2013, quatre procédures d'arrêt des soins de Vincent Lambert (au centre) ont été lancées, toutes contestées par ses parents.

Depuis 2013, quatre procédures d'arrêt des soins de Vincent Lambert (au centre) ont été lancées, toutes contestées par ses parents.
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Elle est au cœur de l'affaire Vincent Lambert. La notion d'obstination déraisonnable, clé de voûte de la loi Claeys-Leonetti, est centrale dans les décisions médicales en fin de vie. Mais la jurisprudence rend son application difficile : les médecins peuvent être confrontés au refus par les familles du diagnostic des équipes soignantes et à une opposition à l'arrêt des traitements d'un patient.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?