Courrier des lecteurs

La passion ne doit pas rimer avec raison  Abonné

Publié le 29/10/2015

Le procès du Dr Bonnemaison a fait couler beaucoup d’encre. De nombreux collègues (dont le Dr Delaunay) ont pris position pour défendre becs et ongles notre confrère.

Néanmoins, il est nécessaire d’étudier la chronologie des faits en rapport avec cette histoire.

Tout d’abord, les plaintes concernant notre confrères émanent du service (et plus particulièrement des infirmières) dans lequel ce dernier travaillait.

De plus il a été établi que pour abréger les souffrances des patients, le Dr B. a utilisé du curare.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte