CCNE et Académie de médecine se divisent sur l'autoconservation ovocytaire  Abonné

Par
Publié le 03/07/2017

Crédit photo : PHANIE

Dans une société où l'âge de la maternité recule, l'autoconservation ovocytaire doit-elle être à la portée de chaque femme ?

La question fait débat et l'ouverture très encadrée de cette possibilité début 2016 – plus de quatre ans après la loi de bioéthique de 2011 – pour les personnes nullipares qui donneraient leurs gamètes n'a pas fait taire les questionnements. Partant d'un même constat, Académie nationale de médecine (ANM) et Comité consultatif national d'éthique (CCNE) ont rendu, à une semaine d'intervalle, des avis totalement opposés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte