ÉTUDE

Cachez ce sexe...  Abonné

Publié le 07/02/2012

Certes, le fœticide en fonction du sexe « touche des millions d’individus en Inde et en Chine », alors qu’il est beaucoup plus rare en Amérique du Nord, mais « ce n’est pas une raison pour l’ignorer », explique le Dr Rajendra Kale, rédacteur en chef du " Journal de l’Association médicale canadienne " (CMAJ). Pour éviter ces avortements de fœtus féminins, sa solution est radicale : interdire aux médecins de révéler le sexe de l’enfant à naître avant la 30e semaine de grossesse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte