Applications et objets connectés

Une utilité médicale qui reste à démontrer

Par
Publié le 05/04/2018
connecté

connecté
Crédit photo : PHANIE

Aujourd’hui, peu d’études scientifiques solides valident l’intérêt médical des applications et objets connectés. « La Haute Autorité de santé (HAS), pour sa part, a publié, en octobre 2016, un référentiel de bonnes pratiques sur ce thème à destination des industriels, et non des patients et professionnels de santé », indique le Dr François Martin (Tours), coordinateur du groupe Éducation thérapeutique (Ether) de la Société de pneumologie de langue française (SPLF). Le référentiel HAS propose plusieurs classifications des applications et des objets connectés (lire encadré).

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)