#PasEncadréPasFormé : les étudiants mobilisés sur les réseaux contre une année d'internat dans un désert

Par Sophie Martos
Publié le 12/06/2019
- Mis à jour le 15/07/2019
#PasEncadréPasFormé

#PasEncadréPasFormé
Crédit photo : #PasEncadréPasFormé

Le projet de loi de santé adopté le 11 juin par le Sénat n'est pas au goût de la jeune génération qui dénonce l'un des amendements comme une atteinte à leurs études. 

Dans le collimateur des carabins et des internes, une disposition adoptée en catimini dans la nuit du lundi 3 au 4 juin à une large majorité (311 voix contre 16) qui a pour but d’obliger les étudiants en dernière année d’internat à réaliser un stage de médecine ambulatoire, en priorité en zone sous-dense, « en autonomie ». Les internes de médecine générale sont pour l'instant concernés – avant d'autres spécialités en tension à définir par décret.

Si pour le Sénat, cette mesure permet aux étudiants de découvrir l'exercice ambulatoire en zones sous-denses mais aussi de pallier la pénurie médicale, il en est tout autre pour les carabins. « Cette mesure est catastrophique pour la formation car elle ampute l'internat de médecine générale d'une année de formation », clame l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF). « C’est la création d’une médecine à deux vitesses, dont les internes ET les patients vont faire les frais ! », poursuit-elle. 

Sans plus attendre, l'association a appelé ses troupes à se mobiliser contre ce texte sur les réseaux sociaux via le slogan #pasencadrépasformé. Le mouvement a pris corps rapidement sur Twitter. Plus de 200 étudiants et internes ont répondu présent. 

Le projet de loi sera de nouveau épluché par les parlementaires le 20 juin par la commission mixte paritaire (CMP) avant un vote définitif à l'Assemblée nationale avant l'été. 


Source : lequotidiendumedecin.fr