La vitrification, une révolution technique et manuelle  Abonné

Publié le 30/03/2015

Autorisée en France depuis juillet 2011, la vitrification ovocytaire était très attendue depuis son développement au Japon dans les années 2000. Et pour cause. La technique est une réelle avancée dans la pratique d’aide médicale à la procréation (AMP). Quand la vitrification fait aussi bien que les ovocytes frais, avec un taux de 85-90 % pour les femmes « jeunes » (18-35 ans), la conservation par congélation lente, la seule qui était disponible jusque-là, donnait des résultats de survie ovocytaire médiocres, qui ne dépassait pas le seuil des 65 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte